LES JEUNES ET LA PROSPECTIVE EN MEDITERRANEE

MED 2050 : l’ambition de faire des jeunes des acteurs clés de la construction de l’avenir de la région Méditerranée

La prospective est une manière de construire l’avenir. Dans le cadre de MED 2050, l’approche de prospective choisie se veut stratégique, mêlant à la fois « forecasting » (analyse des grandes tendances et ruptures possibles en partant du présent, pour délimiter le champ des possibles pour le futur) et « backcasting » (travail avec les acteurs sur leur vision d’un avenir souhaitable, pour ensuite se demander : comment faire pour atteindre cet avenir ?). La prospective stratégique se base sur ces deux approches, afin de construire, avec les acteurs, des transitions tournées vers l’action.

MED 2050 souhaite accorder une place importante aux jeunes et aux réseaux de jeunes dans son réseau de prospective, et ce pour plusieurs raisons. D’abord, les Points Focaux du Plan Bleu ont émis la recommandation de se concentrer sur la jeunesse et de l’impliquer à l’exercice MED 2050. De plus, les jeunes sont les principaux concernés par la prospective à 2050, dans la mesure où ils seront les décideurs, entrepreneurs et acteurs de demain. Enfin, il existe un grand nombre de réseaux de jeunes organisés et actifs en Méditerranée, ayant trait aux thématiques de l’environnement et du développement, ce qui crée des potentialités positives pour travailler avec eux sur l’exercice MED 2050.

 

Quels réseaux de jeunes existent en Méditerranée ?

Structures formelles ou informelles permettant à leurs membres de se rassembler pour échanger et tenter de faire émerger des solutions concrètes face à différents enjeux, les réseaux de jeunes peuvent prendre différentes formes et agir à plusieurs échelles. Cela va des associations locales aux réseaux nationaux, régionaux ou internationaux.

En Méditerranée, plusieurs réseaux de jeunes, ou réseaux intégrant des jeunes en tant qu’acteurs clés, sont actifs, organisés et centrés sur différentes thématiques : l’environnement et le développement, l’entreprenariat chez les jeunes, l’eau, le climat… Certains réseaux travaillent à l’échelle méditerranéenne, comme le réseau MedYWat, l’UfM Positive Agenda for Youth, ou le réseau Young Mediterranean Voices. D’autres réseaux sont nationaux, comme le National Youth Congress en Albanie, et d’autres, enfin, sont internationaux et pas exclusivement centrés sur la Méditerranée, mais traitent tout de même des problématiques de la région au sein de leurs projets et en participant à des initiatives localisées comme aux Dialogues Régionaux organisés par l’UfM, en mai 2019, auxquels de nombreux réseaux de jeunes ont répondu présents.